01/10/2010

Christian Levrat ou le cocu magnifique

Christian Levrat ou le cocu magnifique. Tel était le titre de la pièce de théâtre qui se jouait lundi sur la scène fédérale. Dans le rôle-titre: le président du Parti socialiste. Magnifique. On y voyait la douleur de l’homme trahi, trompé par sa douce moitié radicale, le Florentin d’opérette Fulvio Pelli. «Menteur!» s’époumonait à tue-tête Levrat à l’adresse du président radical. Une mélodie qui à défaut d’être juste ne manquait pas de coffre.

Pourquoi un tel drame? Parce que l’égérie des consommateurs suisses, la socialiste Sommaruga, a été forcée de reprendre le mal aimé Département de justice et police alors que le radical Schneider-Amman s’est approprié l’Economie. Christian Levrat, qui s’était uni à Fulvio Pelli il y a quelques semaines pour assurer en douceur la succession Leuenberger et Merz au Conseil fédéral, ne s’attendait pas à une telle gifle. Rouge de colère, il traite aujourd’hui son ancien partenaire de menteur, accuse le centre droit d’arrogance, crie au consensus perdu et voue Eveline Widmer-Schlumpf aux gémonies.

C’est passionné, c’est touchant, mais c’est surtout d’un comique achevé.

Lire la suite

05:36 Publié dans politique suisse | Tags : levrat, socialiste, conseil fédéral, suisse, pelli | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

17/09/2010

Conseil fédéral: pour une élection populaire

Il n’y aura pas de débat contradictoire entre les poids lourds qui visent les deux sièges à prendre au Conseil fédéral le 22 septembre. Les deux candidates socialistes, Simonetta Sommaruga et Jacqueline Fehr, ont annoncé à la surprise générale qu’elles ne participeraient pas ce soir à Arena, l’émission politique incontournable de la TV suisse alémanique. Les deux candidats radicaux, Karin Keller-Sutter et Johann Schneider-Amman, tiendront donc seuls le crachoir, ce qui enlève tout intérêt à l’émission.

Pour le grand public, qui aime bien jauger ses futurs gouvernants, c’est décevant et incompréhensible. Pour les principales intéressées, c’est une option tactique dictée par le mode d’élection. Les deux socialistes estiment s’être suffisamment exprimées en public et elles veulent maintenant se consacrer totalement à ceux qui tiennent réellement leur destin entre leurs mains, à savoir les 246 membres de l’Assemblée fédérale. Ce qu’elles ne disent pas, c’est qu’elles veulent surtout éviter d’être prises en porte-à-faux à l’écran.

Lire la suite

04:40 Publié dans politique suisse | Tags : conseil fédéral, élection, peuple, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

18/06/2010

Affaire Kadhafi: mais ils sont fous ces Helvètes!

Max Göldi, le dernier otage suisse en Libye, est rentré au pays. Désormais, plus de retenue, c’est feu à volonté. Les règlements de comptes politiques en Suisse ont commencé. Pourquoi? Parce que l’affaire Kadhafi se termine par une facture salée. Et là on ne parle pas seulement de la caution de 1,5 million d’euros versée sur un compte bloqué par le Conseil fédéral. Pour amadouer la Libye, notre pays a dû faire des excuses multiples et variées, accepter la tenue d’un tribunal arbitral qui passera à la loupe le travail de la justice et de la police genevoise et le plus grave, avoir dû céder à un pays étranger qui retenait en otage des citoyens suisses.

Il faut donc trouver des coupables pour cette pénible affaire. Et les boucs émissaires ne manquent pas ces temps-ci.

Lire la suite

09:56 Publié dans politique suisse | Tags : kadhafi, göldi, conseil fédéral, démocratie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |