20/01/2014

Arrogance et myopie d'une haute fonctionnaire de l'UE

Viviane Reding, la vice-présidente de la Commission européenne, a la légèreté d’un éléphant dans un magasin de porcelaine. Alors que la Suisse mène un débat vif et tendu sur l’initiative UDC «Contre l’immigration de masse» soumise au vote le 9 février, la commissaire déboule dans la campagne avec suffisance, myopie et déclarations ridicules dans la Schweiz am Sonntag d'hier.


Soyons clairs. Mme Reding a tout à fait le droit, et même le devoir, de défendre les intérêts de l’Union européenne. Cela ne veut pas dire qu’elle doit dépeindre les Suisses comme des profiteurs cherchant toujours à «s’attribuer la meilleure part du gâteau». La Suisse est confrontée à une immigration européenne de grande ampleur. Il est normal qu’elle s’en préoccupe.

Que dirait la commissaire si un haut fonctionnaire fédéral suisse traitait l’UE de profiteuse parce que des centaines de milliers d’Européens trouvent un travail chez nous et ne grossissent pas les rangs des chômeurs dans leurs pays respectifs?

Passons à une des déclarations ridicules de Mme Reding. Elle fait, par exemple, l’apologie des grandes puissances et déclare sans sourciller que la Chine ne veut plus négocier séparément avec des pays européens, mais seulement avec l’UE. Elle ignore sans doute que la Suisse vient de signer un accord commercial de libre-échange avec la Chine… avant l’UE.

Mais le plus préoccupant dans les déclarations de Mme Reding ne touche pas la Suisse mais l’Union européenne. Elle fait preuve d’une myopie politique sidérante. Alors que l’Union connaît aussi des débats vifs concernant l’immigration, cela la laisse totalement froide.

Le renforcement annoncé des eurosceptiques aux prochaines élections? Elle n’en a cure car ce sont des minorités et «que les lois sont faites par la majorité». Pour elle, le scepticisme envers l’UE émane de gens mal informés «sur le travail solide accompli» par les instances européennes. La suffisance «eurocratique» dans toute sa splendeur.

10:28 | Lien permanent | Commentaires (10) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

Vous avez raison, à l'intérieur de l'UE, les problèmes migratoires font débat. Viviane Reding défend la position de la commission comme M. Cameron plaide celle de la Grande-Bretagne. Quand on fait partie de l'Union, on bénéficie de ce droit et on est écouté. Les eurosceptiques profiteront des élections européennes pour influencer l'avenir de l'UE. C'est leur droit. Eux aussi sont dedans. Mais quand on fait le choix de rester dehors, cela entraîne, ma foi, quelques inconvénients, et Mme Reding a eu bien raison de le rappeler. La position des anti-européens helvétiques est respectable. L'arrogance c'est celle des Suisses qui croient pouvoir se servir à leur guise dans le menu européen, sans avaler la totalité du plat.

Écrit par : Jürg Bissegger | 20/01/2014

On peut aussi arguer de la myopie, voire de l'aveuglement politique des milieux de la droite nationaliste en Suisse. Car cultiver le mythe d'un pays peureux, en repli, autosuffisant et n'interagissant avec le reste du monde qu'à ses propres conditions est aussi irréaliste que dénué de sens commun.

Et que l'on ne vienne pas dire que les succès économiques insolents de la Suisse démontrent le contraire, tant ceux-ci sont basé sur des échanges avec le monde extérieur...

Il sera bien un jour où les interlocuteurs de la Suisse feront jouer leur poids relativement à la petite, très petite Confédération... Madame Reding ne fait que nous dire que ce jour s'approche, inexorablement.

Bien à vous.

Écrit par : Déblogueur | 20/01/2014

Les bilatérales, cela n'a jamais été autre chose qu'une tentative désespérée de la Suisse de s'attribuer la meilleure part du gâteau après l'échec de l'EEE ? Mais une tentative contrebalancée par l'Union européenne. Pour simplifier, l'UE a offert un large accès à son marché intérieur contre la libre circulation, dont la Suisse, à l'époque déjà, se serait volontiers passée. Il faut donc remercier Mme Reding d'avoir été claire: la remise en cause de la libre circulation fera exploser le deal des bilatérales II. Il s'agit d'une clarification salutaire qui n'empêche aucun Suisse d'approuver l'initiative de l'UDC. En connaissance de cause.

Écrit par : Jürg Bissegger | 20/01/2014

Les bilatérales, cela n'a jamais été autre chose qu'une tentative désespérée de la Suisse de s'attribuer la meilleure part du gâteau après l'échec de l'EEE ? Mais une tentative contrebalancée par l'Union européenne. Pour simplifier, l'UE a offert un large accès à son marché intérieur contre la libre circulation, dont la Suisse, à l'époque déjà, se serait volontiers passée. Il faut donc remercier Mme Reding d'avoir été claire: la remise en cause de la libre circulation fera exploser le deal des bilatérales II. Il s'agit d'une clarification salutaire qui n'empêche aucun Suisse d'approuver l'initiative de l'UDC. En connaissance de cause.

Écrit par : Jürg Bissegger | 20/01/2014

+1000

Arrogante et incompétente.

Écrit par : Johann | 20/01/2014

Il ne m'étonnerait pas que Mme Reding serait, en fait, heureuse de pouvoir torpiller l'Europe. Au profit de qui, voilà la question.

Écrit par : Mère-Grand | 21/01/2014

Mme Reding est commissaire UE! Elle fait donc partie de ces aristos UE qui veulent mener l'Europe à leur guise et pas dans l'intérêt des peuples.
Elle oublie donc volontairement que pour la clause guillotine ou la remise en question totale des bilatérales il faut que les 28 états membres UE soient d'accord à l'unanimité!
Donc ses propos ne sont que de l'arrogance et du mépris pour la démocratie suisse.
C'est incroyable mais en tant qu'UDC j'ai l'impression d'être bien plus "européenne" que bon nombre d'intervenant. Car pour savoir où on met les pieds il y a un principe simple, renseignez-vous à la source! (surtout que nos journalistes ne font pas leurs jobs en toute impartialité)

Avec internet c'est simple comme bonjour, je vous conseille vivement d'aller visionner les interventions parlementaires UE et vous serez étonner de savoir que nous ne somme pas seuls avec nos positions défavorables à l'UE actuelle!
Si nous devions apporter notre contribution le 9 par un magistrale OUI, un des leaders des Euroseptiques Nigel Farage, a promis une grand fête au champagne en Europe. Alors ne venez pas dire ou laisser croire que toute l'UE est contre nous!
Les prochaines élections dans l'union pourraient en surprendre beaucoup et nous avec, car nous n'aurions plus les mêmes personnes en face pour négocier dans les 3 ans à venir!

Écrit par : Corélande | 23/01/2014

Les 28 membres UE ont-ils intérêt (Suiss "friquée") à voir remis sur le tapis la "clause guillotine ou la remise en question totales des bilatérales"?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24/01/2014

A lire articles, blogs et commentaires, une question se pose: n'accorde-t-on pas à Mme Reding, en fait simple porte-parole, un pouvoir, un prestige,(par simple confusion, méconnaissance) qu'elle n'a pas? En réalité, "qui" décide?!

Écrit par : Mère Antoine-Marie | 28/01/2014

Corélande, vous écrivez que c'est incroyable mais qu'en tant qu'UDC vous avez l'impression d'être bien plus "européenne" que bon nombre d'intervenants. Savez-vous qu'à la fin de la guerre, 1945, à l'école on disait aux enfants qu'ils étaient à la fois des petits Suisses et des petits Européens.?! Depuis quand la Suisse, en réalité, n'appartient-elle pas ou plus au continent européen? à "moindre frais" (voire... "Bruxelles"!)!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/02/2014

Les commentaires sont fermés.