01/04/2011

Pierre Maudet: portrait d'une bête politique

Il a les dents qui rayent le parquet, mais a-t-il l’étoffe d’un magistrat? Voilà la question qu’on se posait il y a quatre ans lorsque Pierre Maudet, 29 ans, surdoué de la politique, pourfendeur des magistrats en place qu’il traitait de «clampins», entre au gouvernement de la Ville de Genève. Aujourd’hui, plus personne ne se pose la question. A gauche comme à droite, le verdict est quasi unanime: il maîtrise son département, il connaît parfaitement ses dossiers et il sait écouter avant d’agir. «C’est un magistrat habité par la fonction. Une agréable surprise», dixit le Vert Alexandre Wisard.


Voilà un jugement qui devrait flatter l’ego du jeune Maudet, toujours tiré à quatre épingles, au sourire enjôleur et carnassier, conscient de sa valeur et maniant avec délices l’humour caustique: «On avait dit avant mon élection que je ne savais rien faire de mes dix doigts et que je n’avais aucune expérience de direction. J’ai fait beaucoup de réformes et renouvelé 70% de mes cadres, sans faire de vagues, moi.» Une petite pique envoyée à sa collègue Salerno qui a passablement ramé pour remettre de l’ordre dans son département.
«Un stakhanoviste»

Capitaine à l’armée, il a remodelé son département qui avait souffert du trop long règne d’André Hédiger. Il a réorienté au pas de charge la police municipale. Il a lancé le rapprochement du SIS avec les pompiers de l’aéroport. «C’est un stakhanoviste qui peut bosser de 6 heures du matin à minuit», relève le radical Olivier Fiumelli. Et c’est vrai qu’on peut aussi le voir dans un camion de la Voirie à l’aube ou sur un chasse-neige pendant la nuit. A ce propos, il sait tirer les leçons du passé. En 2009, sa Voirie s’était plantée sur le déblaiement de la neige. En décembre 2010, elle était cette fois au taquet alors que les TPG pédalaient dans la semoule.

Ultraminoritaire au Conseil administratif, Pierre Maudet n’a jamais joué la victime impuissante comme le faisait le libéral Pierre Muller. Il a très tôt cherché le contact avec ses adversaires politiques. Il s’entend comme larron en foire avec Rémy Pagani avec qui il a enterré les Ferrazinettes, donné naissance aux Barcelonnettes et refermé (provisoirement?) le dossier des pavillons de la rade.
«Un requin professionnel»

«C’est incroyable ce qu’il est parvenu à faire en étant minoritaire et à la tête d’un département croupion», lance admiratif un cadre de la Ville. «Avec lui, c’est le deal perpétuel entre départements. Il ne lâche jamais un truc sans obtenir quelque chose en échange. C’est un requin. Mais un requin professionnel, qui a une stratégie et qui joue cartes sur table.» Un qui ne goûte pas au show Maudet, c’est son concurrent MCG Carlos Medeiros . «Il parle beaucoup mais agit peu. On le surnomme maudet.com.» Une critique qui n’est pourtant guère partagée. Plusieurs élus soulignent que la communication de Pierre Maudet est toujours axée sur des projets précis d’intérêt public (lutte contre les déchets sauvages, gestion des marchés, etc.). Et il répond systématiquement à toutes les lettres que les citoyens lui envoient. Maria Perez, élue de l’AdG, ne tarit pas d’éloges sur l’homme: «C’est un magistrat courtois, qui a le sens de l’écoute et qui répond à tout le monde.» Comme Guy-Olivier Segond, il ne s’entoure pas de gens qui pensent comme lui. Son chef de cabinet vient de la gauche, de l’Avivo exactement.

Pierre Maudet a l’ambition vorace. Pour paraphraser une célèbre citation, il pense chaque matin au Conseil d’Etat en se rasant et au Conseil fédéral en se brossant les dents. Et voilà pourquoi il discourt, avec plus ou moins de bonheur, sur la sécurité cantonale ou sur la réforme de l’armée. Ce qui agace l’ancien radical et élu UDC Jacques Hämmerli: «Maudet est supérieurement intelligent mais il s’occupe de domaines qui ne sont pas de sa compétence. Il est au radicalisme ce que Sarkozy est au gaullisme.» Un élu de gauche avoue aussi être parfois mal à l’aise avec son côté arriviste. Le radical Fiumelli balaie ces critiques. «C’est bien qu’un magistrat sorte des petits enjeux de la Ville pour voir plus loin. Son défaut? Laisser s’installer cette image caricaturale d’un magistrat «droit dans ses bottes» alors qu’il est drôle et très cultivé.»

En temps normal, avec ses qualités, Maudet devrait être élu dans un fauteuil. Son problème? Il part avec une Entente rabougrie qui se tire dans les pattes et dont une colistière passe un accord séparé avec l’UDC. L’incertitude règne. Le salut du radical risque de venir paradoxalement de la gauche. Celle-ci est quasi assurée de placer ses quatre candidats et certains prônent officieusement d’y rajouter le fort en thème.

11:09 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (10) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

Rarement on a pu lire un portait si complaisant vis-à-vis d'un élu.

Même la crainte éventuelle de le voir perdre son fauteuil ne légitime pas un tel traitement de faveur de votre part.

A ce stade, ce n'est plus du journalisme.

Désolée.

Écrit par : gauchet | 01/04/2011

Quel beau poisson d'avril.....

Écrit par : bic | 01/04/2011

Lorsque je vois l'état des rues de Genève, j'ai peine à voir chez Maudet la moindre compétence, à part le blablas!

Il est vrais que ces collègues de gauche ne sont pas plus compétent dans leurs domaines, ils sont tous aussi blablas!

0+0 ça fait toujours 0!

Ah le chant des nettoyeuses TOPAZ le matin dans les rues de Genève!

D'où viennent elles?

Où vont elles?

Que font elles?

Mystère!

En tout cas lorsque je vois l'état des trottoirs genevois, je me dis qu'elles n'y vont pas très souvent, les nettoyeuses (TOPAZ) à Maudet, sur les trottoirs

Écrit par : dominiquedegoumois | 01/04/2011

Je suis d'autre part très amusé de voir que la miss Alder reprend les idées des autres, les miennes en l'occurence, concernant les containers pour les démunis, on trouve toujours ma pétition d'il y a 2 ans sur le net!

Les Verts que j'avais rencontré se sont simplement moqué de ce projet, il y a 24 mois, aujourd'hui l'idée est d'eux bien sûr!

Elle pourrait aussi y planquer les ordures napolitaines que sont copain Cramer voulait nous faire bouffer!

Écrit par : dominiquedegoumois | 01/04/2011

A Genève nul besoin d'être compétent, être franc maçon suffit pour faire une très belle carrière!

L'ensemble de nos magistrats le prouve!

Écrit par : dominiquedegoumois | 01/04/2011

Nous avons toujours le moyen de voter panaché et M. Maudet pourrait être largement élu.
C'est un homme exemplaire rempli de compétences

Écrit par : rose des sables | 02/04/2011

Nous avons toujours le moyen de voter panaché et M. Maudet pourrait être largement élu.
C'est un homme exemplaire rempli de compétences

Écrit par : rose des sables | 02/04/2011

Chère @Rose des sables, lorsque je vois l'état de la Ville, je ne peux que pense le contraire de vous, mais je pense que votre emploie, chère madame, est en jeu! (votre emploie ou votre salaire?)


Samedi soir toutes les poubelles du centre ville étaient pleines, elles n'ont pas été vidée dimanche matin, une belle vison pour les touristes, ceux qui se font voler au bord du lac!

Ah Genève!


Enfin même les salades sont panachées, chère Madame!

Écrit par : dominiquedegoumois | 03/04/2011

Dominiquedegoumois

Dominique,
Désolée mais je ne vois pas le lien avec M. Maudet et les poubelles du centre ville?
Personnellement, j'aurais été surprise autant que vous de constater cet état de fait. Non seulement pour les touristes, mais ne serait-ce que pour nous citoyens, nos élus devraient sérieusement travailler ce dossier (il en a tellement!!!) de l'environnement. Genève s'est complètement dégradée en 20 ans. Quant à ceux qui se font voler au bord du lac, je partage aussi votre remarque.

Eh oui, Genève, notre si belle ville qui se sent très mal aujourd'hui et rêve que d'une chose: que nous la respections à nouveau. Je suis un peu pessimiste, vu la gravité, cela prendra des années afin qu'elle retrouve un peu de dignité, mais cela dépend toujours de nos élus...

Mon emploi n'est pas un jeu, mais une passion et je ne sais pas si je vais mieux gagner ma vie un jour. Vous seriez surpris, si je vous disais ce que je fais.

Soyons positifs, une bonne salade panachée peut-être ô combien délicieuse et savoureuse, cela dépend comment nous la composons et quels sont les ingrédients.

Bien à vous,

Écrit par : rose des sables | 04/04/2011

Dominiquedegoumois

Dominique,
Désolée mais je ne vois pas le lien avec M. Maudet et les poubelles du centre ville?
Personnellement, j'aurais été surprise autant que vous de constater cet état de fait. Non seulement pour les touristes, mais ne serait-ce que pour nous citoyens, nos élus devraient sérieusement travailler ce dossier (il en a tellement!!!) de l'environnement. Genève s'est complètement dégradée en 20 ans. Quant à ceux qui se font voler au bord du lac, je partage aussi votre remarque.

Eh oui, Genève, notre si belle ville qui se sent très mal aujourd'hui et rêve que d'une chose: que nous la respections à nouveau. Je suis un peu pessimiste, vu la gravité, cela prendra des années afin qu'elle retrouve un peu de dignité, mais cela dépend toujours de nos élus...

Mon emploi n'est pas un jeu, mais une passion et je ne sais pas si je vais mieux gagner ma vie un jour. Vous seriez surpris, si je vous disais ce que je fais.

Soyons positifs, une bonne salade panachée peut-être ô combien délicieuse et savoureuse, cela dépend comment nous la composons et quels sont les ingrédients.

Bien à vous,

Écrit par : rose des sables | 04/04/2011

Les commentaires sont fermés.