16/04/2010

Fiasco pour le Forum des retraités de luxe

Le succès a beaucoup de parents, l’échec est orphelin. On a vérifié la pertinence de cet adage lors de la fermeture du Forum humanitaire mondial (FHM) la semaine dernière. Ce dernier a été bazardé en catimini dans un silence gêné de la Genève internationale. On comprend le malaise car ce Forum a été un fiasco complet. Buts flous, direction erratique et incapacité totale à gérer un budget. L’aventure s’est terminée par un trou de 2 millions, comblé en grande partie par le contribuable.

Mais où est la mère de ce grand projet, celle qui avait présenté en 2007 le nouveau-né avec tambours et trompettes en affichant son sourire le plus étincelant?


La génitrice (sous le coup du chagrin?) est restée cloîtrée à Berne. Micheline Calmy-Rey, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, a coupé les vivres et laissé Kofi Annan commenter la faillite. Ce dernier nous a expliqué d’une voix douce et sans rire que «2 millions de déficit, ce n’est pas grand-chose».

Calmy-Rey n’a pas été très courageuse, mais il serait injuste de lui faire porter seule le chapeau de la déroute. Ce Forum a en fait révélé cruellement tout ce que la Genève internationale fait de pire quand elle se paie de mots et brasse de l’air. D’abord la mission et la place du FHM n’ont jamais été clairement définies. On voulait en faire à la base une sorte de WEF humanitaire. On a essayé ensuite de le profiler sur les questions climatiques. Sans succès.

A la vérité, on a surtout l’impression que le forum avait pour mission de garder Kofi Annan à Genève. A l’époque, une grande partie de l’élite genevoise chantait les louanges du secrétaire général de l’ONU, un homme doté d’une aura exceptionnelle et d’un carnet d’adresses impressionnant. Il fallait donc coûte que coûte le garder. Et effectivement cela a coûté.

Cette impression d’un Forum destiné à occuper un retraité VIP s’est renforcée avec l’arrivée de Walter Fust, le retraité humanitaire de la Berne fédérale. Nous n’avons rien contre les retraités de luxe. On leur demande simplement d’être actifs et d’assurer la pérennité de leur organisation. Or, contrairement au WEF, le Forum n’a jamais réussi à attirer suffisamment de donateurs. Ce n’est pas vraiment étonnant dans la mesure où Annan et Fust ont fait leur carrière en dépensant de l’argent plutôt qu’en sachant en récolter.

Mais il y a pire. Non seulement l’argent n’est pas rentré, mais le Forum a dépensé sans compter, laissant une ardoise de 2 millions couverte par la Confédération et… Ivan Pictet. Notre banquier genevois a en effet beaucoup à se faire pardonner. Voilà un homme qui n’a jamais hésité à donner des leçons à l’Etat de Genève sur sa façon de gérer l’argent public. Le tout asséné avec une pointe d’arrogance très «rue des Granges». Et voilà le même homme, fondateur et trésorier du FHM, pris en flagrant délit d’avoir laissé son organisation partir complètement à vau-l’eau. Dure leçon d’humilité.

Lancer une nouvelle institution comporte toujours des risques. On ne gagne pas à tous les coups. Mais dans le cas du FHM, les illusions et l’incompétence ont débouché sur un fiasco sans circonstances atténuantes.

18:16 Publié dans Genève | Tags : fhm, forum humanitaire mondial, calmy-rey | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.