09/12/2010

Une claque historique pour Calmy-Rey. Méritée?

Tout politicien rêve d’entrer dans l’Histoire. Micheline Calmy-Rey y est parvenue hier mais de la plus cruelle des manières. Elle devient la présidente de la Confédération la plus mal élue de l’Histoire suisse. Cette punition tient essentiellement à deux facteurs: le profil de la Genevoise et la fin du système de concordance à Berne.

Calmy-Rey n’a rien du politicien passe-partout à la Didier Burkhalter. Ce dernier ne se fait pas d’ennemis et réalisera une très bonne élection à la présidence quand son tour viendra. La Genevoise, elle, polarise, énerve autant qu’un Blocher ou un Couchepin. De là à en faire une icône sacrifiée sur l’autel des médiocres, il y a un pas que nous ne franchirons pas.



Dans l’affaire Kadhafi par exemple, Calmy-Rey n’a jamais assumé sa part de responsabilité dans les errements de son département et elle s’est montrée incroyablement peu loyale en autorisant la diffusion de SMS brocardant Merz en pleine conférence de presse. C’est le genre de coup retors qui coûte des voix devant l’Assemblée.

La Genevoise a cependant raison de mettre sa mauvaise élection sur le dos de querelles politiciennes. Affaiblir le PS, en période préélectorale, c’est séduisant pour la droite. Mais Calmy-Rey paie aussi cash la fin du système de concordance gouvernementale. Bien que célébré, ce dernier est moribond. Faute d’avoir trouvé une «formule magique» qui cimente les nouveaux rapports de force, l’Assemblée fédérale est prise de convulsions. On vire Metzler, on vire Blocher et, fait nouveau, on s’en prend cette fois-ci à la tranquille élection présidentielle. Cela promet une belle foire d’empoigne l’an prochain, quand il faudra élire ou réélire les sept conseillers fédéraux.

Pour Calmy-Rey, est-ce le début de la fin? Il ne faut pas enterrer trop tôt cette politicienne aguerrie. On peut compter sur elle pour mener une présidence tambour battant et peut-être surprendre ceux qui la voient tourner les talons à la fin de 2011.

08:58 Publié dans politique suisse | Tags : edito, calmy-rey, politique, suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.