26/05/2010

Genève paie cher sa myopie sur la prison de Champ-Dollon

Les Genevois ont passé un magnifique week-end de Pentecôte. Les pelouses et les quais ont été pris d’assaut par une foule sevrée de chaleur et avide d’exposer son corps aux rayons du soleil. A Champ-Dollon, changement de décor. La chaleur, c’est l’horreur. Dans une prison surpeuplée, la hausse des températures rend la promiscuité avec les autres détenus encore plus insupportable qu’à l’ordinaire. Et ça n’a pas raté ce week-end.


La tension est montée d’un cran avec des détenus qui ont refusé de réintégrer leurs cellules. Le représentant des gardiens tire la sonnette d’alarme et dit que le pire est à venir.

Le problème, c’est qu’il n’y a pas de solution immédiate. On ne construit pas une prison en trois mois. Genève paie cher sa myopie concernant l’extension de Champ-Dollon. Alors que le canton multipliait les nouvelles écoles ou les nouveaux bâtiments pour les hôpitaux, il a dormi pendant plus de dix ans sur le dossier des prisons. Pourquoi? Sans doute parce que les politiques craignent plus les parents d’élèves ou les citoyens malades que les détenus. Personne dans la République ne peut imaginer une école primaire où le nombre d’élèves par classe aurait plus que doublé. C’est pourtant bien ce qui se passe à Champ-Dollon.

S’il n’y a pas de recette miracle pour mettre fin au scandale, le pouvoir politique doit cependant accélérer la manœuvre. Il faut construire au plus vite des pavillons provisoires et stopper les petites bisbilles Rochat/Muller, accélérer la construction d’une nouvelle prison, utiliser davantage le bracelet électronique, appeler à l’aide les autres cantons dont les prisons sont pleines mais pas au bord de l’explosion et, vu le taux de criminalité étrangère, négocier des accords avec certains pays pour que la peine soit exécutée chez eux.

18:02 Publié dans Genève | Tags : prison, champ-dollon, genève | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.